Articles

Cuba promeut la coopération face au changement climatique à l’Unesco

Paris, 8 juillet (Prensa Latina) Cuba a appelé hier devant le Conseil exécutif de l’Unesco à promouvoir la coopération intersectorielle, régionale et internationale en réponse au défi du changement climatique.

Intervenant lors de la 209e séance de l’un des trois organes de gouvernance de l’organisme multilatéral, la fonctionnaire de la mission permanente de l’île Aimeé Pujadas a souligné l’importance de la collaboration et du rôle de l’Unesco avec ses réseaux sur le terrain.

'Les avantages comparatifs et l’expérience accumulée de l’organisation la placent dans une position unique pour contribuer aux efforts globaux dans ce domaine', a souligné la diplomate à propos d’une analyse de la stratégie de l’Unesco sur le changement climatique pour la période 2018-2021.

Selon Pujadas, les deux écoles scientifiques internationales dans les Caraïbes organisées à Cuba constituent un bon exemple de coopération Sud-Sud pour l’édification de sociétés résilientes.

La participation de 19 pays des Caraïbes a confirmé la valeur du travail conjoint et a contribué à l’intégration entre divers programmes scientifiques internationaux de l’Unesco, a-t-elle exposé dans cette capitale.

Selon la fonctionnaire cubaine, ces initiatives ont favorisé la création d’espaces animés par des jeunes pour analyser et résoudre les principaux défis actuels liés au changement climatique.

À la suite de cette expérience, le Réseau des jeunes des Caraïbes sur les changements climatiques a été créé pour promouvoir le leadership de ce secteur de la population dans l’adaptation aux changements climatiques et la réduction des risques de catastrophe dans la région, a-t-elle précisé.

Pujadas a également évoqué le rôle de l’éducation en tant qu’instrument de promotion de modes de vie durables et de nouvelles formes de relations entre les êtres humains et la nature.

C’est pourquoi Cuba tient à saluer les actions de l’Unesco pour harmoniser les agendas et les programmes mondiaux d’éducation et ceux liés au climat, en particulier celui consacré au développement durable, a-t-elle souligné.

La diplomate de l’île a également plaidé en faveur de la promotion de la communication, de l’information et de la culture à la protection du patrimoine naturel, culturel et documentaire face aux effets du changement climatique et des catastrophes naturelles.

peo/oda/wmr