Agence de Presse de l'Amérique Latine

Limiter la coopération avec Cuba n’a aucun sens, estime une représentante californienne

Washington, 24 juillet (Prensa Latina) Limiter la coopération avec Cuba n’a pas de sens, a déclaré hier Hillary Ronen, membre du Conseil des superviseurs de la ville et du comté de San Francisco, État nord-américain de Californie.

L’industrie pharmaceutique cubaine a mis au point d’importants médicaments qui devraient être disponibles aux États-Unis, a déclaré Ronen, l’une des coauteurs de la résolution adoptée à l’unanimité par ce corps législatif ce mardi et qui préconise une collaboration médicale et scientifique avec l’île pour faire face à la pandémie de Covid-19.

Dans des déclarations diffusées ce jeudi sur 48hills, site indépendant et alternatif de San Francisco et la région, Ronen a souligné que Cuba est parmi les principaux pays qui ont trouvé des traitements efficaces contre l’Ebola et la grippe porcine.

Elle a également rejeté les fausses accusations du secrétaire d’État, Mike Pompeo, selon lesquelles les médecins cubains seraient victimes de la traite des êtres humains.

Les médecins cubains se portent volontaires pour participer aux brigades qui apportent une aide solidaire à d’autres nations, donc l´accusation de trafic de personnes est absurde, a-t-elle estimé en expliquant avoir voyagé à Cuba et rencontré de nombreux professionnels de la santé.

'Ils sont extrêmement fiers de leur système de santé et de leur aide à d’autres pays', a souligné Ronen.

peo/mgt/dfm