Agence de Presse de l'Amérique Latine

Le Conseil des Églises des États-Unis reconnaît la liberté de religion à Cuba

Washington, 30 juillet (Prensa Latina) Le Conseil National des Eglises (NCC, pour ses sigles en anglais) des Etats-Unis a reconnu la liberté religieuse existant à Cuba et a critiqué le gouvernement de Donald Trump pour maintenir l’île sur une liste controversée sur le sujet.

Dans une lettre adressée au secrétaire d’État nord-américain, Mike Pompeo, et à la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, le président du NCC, Jim Winkler, a appelé à retirer la nation antillaise de la liste de pays qui, selon Washington, ont commis ou toléré de 'graves violations de la liberté religieuse'.

Je vous écris au nom des 38 Églises membres du NCC, qui, à leur tour, représentent collectivement 40 millions de chrétiens aux États-Unis, a manifesté Winkler dans la lettre datée du 24 juillet dernier.

Le motif de ma lettre est de vous faire part de ma préoccupation concernant le fait que Cuba a été et continue d’être inscrite sur la Liste spéciale de surveillance de la Commission des États-Unis pour la liberté religieuse internationale, a-t-il ajouté en qualifiant cette action de 'erreur de jugement atroce' par le gouvernement nord-américain.

Soulignant que la relation entre chrétiens étasuniens et cubains remonte à des décennies, le chef religieux a noté que les échanges ont eu lieu à tous les niveaux de la vie de l’église, notamment par des visites de délégations de haut niveau.

Moi-même, comme au moins deux de mes prédécesseurs, j’ai été témoin de première main de la liberté avec laquelle les cubains peuvent exprimer leur foi. Au cours de ces années, nous avons construit une relation de confiance, et sur la base de cette confiance nous savons que ce que nous avons vu de nos propres yeux est une foi authentique et une vie d’église solide, a-t-il ajouté.

Winkler a indiqué qu’il y a certainement des défis dans la nation caribéenne, comme dans toutes les autres. « Quel pays est exempt de tels défis? Mais on ne peut nier que beaucoup de progrès sociaux ont été réalisés au cours de ces mêmes décennies », a-t-il manifesté.

En outre, il a souligné comme extrêmement positifs pour les deux pays les mesures prises pendant l’administration de Barack Obama (2009-2017), comme la réouverture des ambassades à Washington et La Havane et les efforts déployés par les deux gouvernements pour remédier à leurs divergences et à l’augmentation du nombre de voyages.

Malheureusement, a-t-il dit, grâce à des mesures telles que l’inscription de Cuba sur cette Liste spéciale de surveillance, ces tendances positives ont été inutilement retardées.

La liberté religieuse existe à Cuba, cette action de notre gouvernement reflète une négation malheureuse de cette réalité, et ne fait que renforcer les tendances à la détérioration des relations entre nos deux pays, a-t-il regretté.

Selon Winkler, le Conseil des Églises de Cuba est composé d’une cinquantaine d’églises de tout le spectre des traditions chrétiennes, avec des programmes et des services qui bénéficient jusqu’à un million de chrétiens sur l’île. Sans liberté religieuse, une telle organisation et ses ministères sociaux, humanitaires et pastoraux ne pourraient pas exister.

peo/rgh/mer