Agenzia di stampa latinoamericana Prensa Latina - Cuba

L´ex-général mexicain emprisonné aux États-Unis a développé le trafic de drogue

Mexique, 19 octobre (Prensa Latina) L’ancien général et ex-secrétaire de la Défense du gouvernement de l’ancien président Enrique Peña Nieto au Mexique, Salvador Cienfuegos, a contribué à l’expansion du trafic de drogue du cartel H2 et à l’introduction de drogues aux États-Unis, ont révélé hier des sources judiciaires.

Les autorités mexicaines, citant des sources de New York, ont confirmé que parmi les accusations portées aux États-Unis contre Cienfuegos figure le fait qu’il a collaboré pour étendre le territoire contrôlé par le H2 à Mazatlán et au reste de Sinaloa. L’Administration de contrôle des drogues des États-Unis (DEA, pour ses sigles en anglais), est-il ajouté, a intercepté des milliers de conversations téléphoniques et a obtenu des indices sur le fait que l’ancien secrétaire, en échange de pots-de-vin, a veillé à ce qu’il n’y ait pas d’opérations militaires contre le cartel H2 sous le gouvernement de Peña Nieto.

En échange, il a lancé des opérations militaires contre les organisations rivales de ce groupe et a repéré des navires de transport pour le trafic de drogues.

La DEA a qualifié le groupe H2 de groupe extrêmement violent capable d’introduire aux États-Unis des milliers de kilogrammes de cocaïne, d’héroïne, de méthamphétamine et de marijuana, avec le soutien du général Cienfuegos.

Mais ce n’est que le 14 août que la Cour de New York a lancé un mandat d’arrêt à son encontre, après 10 ans d’enquête sur El Padrino (Le Parrain), comme il était connu dans le milieu du crime organisé.

Le Département de la Justice des États-Unis a déclaré qu’il était extrêmement difficile de l’arrêter au Mexique, car le groupe criminel H2 et de hauts fonctionnaires du gouvernement mexicain le protégeaient.

« Bien que les États-Unis et le Mexique aient un traité d’extradition, il sera extrêmement difficile d’appréhender l’accusé au Mexique si le cartel H2 et les puissants anciens fonctionnaires du gouvernement le protègent », pensaient les autorités nord-américaines.

« En outre, même s’il est capturé, les procédures d’extradition sont prescrites par la loi sur les substances contrôlées », comme indiqué dans le mandat d’arrêt de Cienfuegos.

Pendant les six années où il a été titulaire de la Défense (2012-2018), l’armée a enregistré moins de 0,5 pour cent de ses conflits avec des groupes criminels dans l’État de Nayarit, entité fédérale où opérait le groupe criminel H2 protégé par le général.

peo/agp/Lma