Agence de Presse de l'Amérique Latine

Brésil : Barbes trempées ?

Par Osvaldo Cardosa Samón

Brasilia, 15 novembre (Prensa Latina) La défaite dans les urnes de Donald Trump aux États-Unis a conduit le président du Brésil, Jair Bolsonaro, à se sentir peu sûr et à réévaluer la stratégie à suivre en vue de sa réélection éventuelle lors des élections de 2022.

Après l’échec retentissant de son idole, l’ex-militaire brésilien a commencé à se montrer inquiet par la perte de territoire électoral en faveur de politiciens du centre ou de la gauche.

Il a déclaré que la victoire du démocrate Joe Biden était un signal d’avertissement clair pour les conservateurs.

Au désastre de l’aspirant républicain s’ajouteraient d’autres récents de la droite sud-américaine, comme lors des votes en Argentine et en Bolivie.

En public et lors d’échanges avec des sympathisants sur les réseaux sociaux, Bolsonaro a admis qu’il craignait que quelque chose de similaire ne se produise au Brésil.

"Je ne sais pas si je serai candidat à ma réélection, on est loin d’être en 2022", a déclaré l’ancien commandant de l’armée après l’annonce de Biden comme 46ème mandataire de la nation nordique.

Le dirigeant d’extrême-droite a appelé les Brésiliens à ne pas cesser de voter lors des élections municipales de ce 15 novembre et a demandé de ne pas "perdre en compte la valeur du vote".

L’ancien chancelier Celso Amorim a prédit que l’isolement international du Brésil augmenterait avec l’arrivée du démocrate à la Maison Blanche.

Dans le même temps, il a dénoncé que la "soumission totale" du gouvernement actuel à Donald Trump a fait "un grand tort" à son pays, citant comme exemple les relations complexes avec la Chine.

De plus, au sein des organisations internationales, le géant sud-américain s’est éloigné des pays en développement, préférant agir comme gardien des intérêts nord-américains.

Le président brésilien est connu sous le nom de "Trump tropical" pour sa rhétorique violente et l’abus des réseaux sociaux au détriment de la presse traditionnelle.

Pour de nombreux analystes, le résultat des élections aux États-Unis tracera le chemin pour les deux ans et deux mois de pouvoir qu´il reste à Bolsonaro, qui devra passer par des routes incertaines en vue d´une réélection.

peo/mem/dfm/ocs