Agence de Presse de l'Amérique Latine

Cuba dénonce la validité du mémorandum qui fonde le blocus des États-Unis

La Havane, 6 avril (Prensa Latina) Le président de Cuba, Miguel Diaz-Canel, a rappelé aujourd’hui les 61 ans du Mémorandum Mallory, document du Gouvernement nord-américain qui fonde le blocus contre l’île.

Sur son compte Twitter, le mandataire a cité une partie de ce texte secret de Washington attribué à Lester Mallory, à l´époque vice-secrétaire d’État adjoint aux Affaires interaméricaines.

'61 ans d’une politique génocidaire', a ajouté Diaz-Canel en référence au blocus économique, commercial et financier que les Etats-Unis maintiennent contre La Havane.

Le Mémorandum Mallory pose que le seul moyen de retirer le soutien apporté à la Révolution cubaine et son leader historique, Fidel Castro, « est par le biais du désenchantement et de l’insatisfaction qui découlent du malaise économique et des difficultés matérielles ».

Selon le document, '...il faut employer rapidement tous les moyens possibles pour affaiblir la vie économique de Cuba... une ligne d’action qui (...) atteigne les plus grands progrès dans la privation d’argent et de fournitures à Cuba, pour réduire ses ressources financières et les salaires réels, provoquer la faim, le désespoir et le renversement du Gouvernement'.

A propos de ce texte, le chancelier de l’île, Bruno Rodriguez, a également souligné sur Twitter que le blocus n’atteindra pas cet objectif et a dénoncé la validité dudit Mémorandum comme faisant partie de la politique hostile des Etats-Unis à l’égard de la nation caribéenne.

Selon le Ministère cubain des Affaires Étrangères, le blocus constitue le plus grand obstacle au développement national et une violation des droits de l’Homme.

Selon des données officielles, les dommages accumulés en six décennies s’élèvent à 144 milliards 413 millions de dollars, et entre avril 2019 et mars 2020, le blocus a causé des pertes supérieures à cinq milliards de dollars, chiffre record pour une seule année, a-t-il ajouté.

peo/mgt/idm