Agenzia di stampa latinoamericana Prensa Latina - Cuba

Les États-Unis répareront leur dette archéologique envers l’Irak

Washington, 29 juillet (Prensa Latina) Plus de 17 mille pièces archéologiques pillées au cours des dernières décennies, reviendront des États-Unis à leur propriétaire légitime : l’Irak, après la visite du ministre irakien de la Culture, Hassan Nazim, dans cette capitale. 

La restitution accordée par le gouvernement de Joe Biden intervient après plusieurs mois de pourparlers et de démarches entre les autorités du pays arabe, sa représentation diplomatique dans cette capitale et la présidence nord-américaine.

Dans un communiqué, le ministre iraquien a reconnu que cette restitution de pièces, datant pour certaines de quatre mille ans, constitue l’une des plus importantes de l’histoire de son pays.

Le document détaille que les pièces sont le reflet du développement de l’une des civilisations les plus anciennes de Mésopotamie, puisque certaines proviennent des activités commerciales de la période sumérienne, comme une tablette d’argile de 3500 ans considérée comme un bien culturel volé.

Selon les rapports du Département de la Justice des États-Unis, une grande partie des objets ont été introduits frauduleusement sur le territoire nord-américain, résultant de l’activité du crime organisé ou même de la vente illégale par la population locale.

Dans ce contexte, il est impossible de quantifier la quantité exacte de pièces pillées du trésor irakien, en particulier en raison de l’impact des conflits armés dans le pays arabe, aggravé au cours des deux dernières décennies par l’invasion nord-américaine (2003).

peo/rgh/lbl