Agence de Presse de l'Amérique Latine

Cuba encourage la diversification des formes de gestion économique

La Havane, 12 août (Prensa Latina) Les transformations et améliorations que Cuba réalise aujourd'hui pour renouveler son scénario économique s’avèrent le début de la diversification et de l'expansion des entreprises publiques et d'autres formes de gestion. 

C'est ainsi que le vice-Premier ministre et ministre de l'Économie Alejandro Gil  a défini l'incorporation des micro, petites et moyennes entreprises (MPME), ainsi que l'adaptation des coopératives non agricoles et du travail indépendant, toutes appelées à promouvoir le développement de la nation depuis leur propre sphère.

Dans son discours à la table ronde de mercredi,  Gil a déclaré qu'il s'agissait de tirer le meilleur parti des capacités créées et de toutes les potentialités dans un environnement très changeant et dynamique, sous la pression du blocus des États-Unis, de l'augmentation du prix des intrants et des productions locales.

Il a souligné qu'après la conclusion de la conception des normes juridiques et l'approbation vendredi dernier par le Conseil d'État du décret-loi sur ces organisations, leur insertion de manière cohérente dans le système juridique était  facilitée  en tant qu'acteur ayant un impact sur la transformation productive du pays.

À cet égard, il a déploré les opinions négatives des médias internationaux selon lesquelles ces mesures étaient  une réponse aux événements du 11 juillet, ce qui constitue un mépris de l'ensemble du processus engagé depuis les septième et huitième congrès du Parti communiste cubain concernant l'actualisation du modèle économique cubain.

« Les transformations en cours sont une décision souveraine de Cuba, entérinée par la Constitution de la République et sont entreprises dans des conditions économiques nationales et internationales exceptionnelles et difficiles en raison de la pandémie de Covid-19, qui a fait perdre au pays deux milliards et demi de dollars l'année dernière », a-t-il ajouté.

Dans ce contexte, le travail indépendant (privé) reçoit également une impulsion significative, suite à l'approbation de plusieurs règlements visant à renforcer cette modalité dans l'économie nationale, selon la ministre du Travail et de la Sécurité sociale, Marta Elena Feitó.

« Le travail de cet important acteur économique n'avait jamais été conceptualisé dans le pays. En vue de promouvoir et d'encourager cette modalité, les MPME et les coopératives non agricoles, le système fiscal adapte le paiement des impôts selon le principe que celui qui gagne le plus contribuera le plus »,  d’après le ministre des Finances et des Prix, Meisi Bolaños.

En ce sens, toutes les taxes contribueront aux budgets municipaux, pour le développement local et en fonction de la croissance et de la durabilité des dépenses sociales dans les territoires.

jcc/rgh/crc