Agence de Presse de l'Amérique Latine

Séisme en Haïti : quelque 600 victimes soignés par des médecins cubains

Port-au-Prince, 16 août (Prensa Latina) Plus de 600 patients ont été soignés par les médecins et infirmiers cubains qui, depuis samedi, sont déployés dans les zones les plus touchées par le tremblement de terre dévastant le sud d'Haïti.

Comme en 2010 après le puissant séisme tuant quelque 300 000 personnes et même en 2018 après la secousse de Port de Paix, les spécialistes de l'île ont été parmi les premiers à apporter une assistance médicale aux milliers de victimes.

Luis Orlando Olivero, coordinateur de la brigade médicale cubaine en Haïti, a confirmé à Prensa Latina : " Les motifs de consultation les plus fréquents étaient des personnes polytraumatisées, avec des traumatismes cranio-encéphaliques, des fractures, des plaies, des contusions, des écrasements, des brûlures par friction ".

Le séisme  qui s'est produit à 13 kilomètres de Petit Trou a fait près de 1 300 morts et plus de 5 200 blessés. Dans les départements du Sud, des Nippes et de la Grand Anse le nombre d’habitations  détruites a dépassé  de 13 000 ; de nombreuses infrastructures sanitaires, éducatives et religieuses ont été endommagées.

De nombreux spécialistes cubains dispensent des soins à l'extérieur des bâtiments, entourés des plus de 15 répliques enregistrées par les services sismologiques, et de l'effondrement partiel ou total des centres de santé.

« Il y a des endroits où les gens dorment dehors et des tentes ont été mises en place, mais en général tout va bien », a déclaré Olivero.

La brigade travaille aussi avec des agences internationales telles que Médecins Sans Frontières et la Croix Rouge dans la ville de Port Salut.

Le gouvernement a décrété samedi  l'état d'urgence, tandis que le MSPP a commencé à transférer les personnes gravement blessées vers certains centres de la capitale et a appelé à un don de sang massif.

Au milieu de la désolation, avec des centaines de victimes encore sous les décombres, Haïti attend la dépression tropicale Grace  qui serait accompagnée de fortes pluies et risques d'inondations dans la nuit de lundi à mardi. 

« Nous avons été ici depuis 22 ans. On a vécu les précédents tremblements de terre,  l'épidémie de choléra, plus récemment  la pandémie de Covid-19, et on y continuera jusqu'à ce que le pays ait besoin de nous », a-t-il conclu.

jcc/mem/ane