Agence de Presse de l'Amérique Latine

Sept millions d’afghans menacés par la sécheresse

Kaboul, 28 août (Prensa Latina) L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a appelé aujourd’hui à une augmentation de l’aide humanitaire en Afghanistan, où la grave sécheresse menace les moyens de subsistance de sept millions de personnes.

En Afghanistan, 14 millions de personnes, soit près d’une personne sur trois, souffrent d’une grave insécurité alimentaire et ont besoin d’une aide humanitaire d’urgence, selon la FAO.

L’aide d’urgence est maintenant essentielle pour contrer l’impact de la sécheresse et l’aggravation de la situation dans les vastes zones rurales dans les semaines et les mois à venir, a déclaré le directeur général de la FAO, QU Dongyu.

La combinaison de la sécheresse, de l’impact de la Covid-19 et du déplacement généralisé dû à la guerre de deux décennies suite à l’invasion des États-Unis et de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) frappe durement les communautés rurales afghanes, surtout les agriculteurs et les éleveurs, qui sont la colonne vertébrale de l’économie du pays.

Si l’on ne vient pas en aide aux personnes les plus durement touchées par la sécheresse, un grand nombre d’entre elles seront contraintes de quitter leurs fermes et de se déplacer vers d’autres régions, ce qui représente une menace supplémentaire pour la stabilité de l’Afghanistan, a déclaré le directeur général de la FAO.

L’organisation vise à aider 250 mille familles d’agriculteurs vulnérables, soit environ 1,5 million de personnes, pour la prochaine saison de blé d’hiver. Les semis commencent fin septembre et se poursuivent jusqu’en octobre dans de nombreuses régions.

Cependant, les fonds actuels ne permettront d’aider que 110 mille familles, car il y a un déficit de financement de 18 millions de dollars à l’appui du Plan de Réponse à la Sécheresse de la FAO en Afghanistan.

Richard Trenchard, représentant de la FAO en Afghanistan, a déclaré que si les paysans du pays n’obtiennent pas les semences dont ils ont un besoin urgent d’ici la fin du mois de septembre ou le début du mois d’octobre, la saison du blé d’hiver sera un désastre pour des millions d’agriculteurs et de consommateurs.

Il est prévu que la récolte actuelle sera inférieure de 20 % à celle de l’année dernière et inférieure de 15 % à la moyenne en raison de la sécheresse aiguë.

Les bergers et éleveurs locaux ont également besoin d’une aide urgente pour contrer l’impact de la sécheresse pour la prochaine saison d’hiver.

On estime que trois millions d’animaux sont en danger, en plus de la hausse des prix des fourrages et des farines.

peo/rgh/abm