Agence de Presse de l'Amérique Latine

Les déportés haïtiens face au défi du recommencement

Port-au-Prince, 21 septembre (Prensa Latina) Les autorités haïtiennes attendent aujourd'hui six autres vols de migrants expulsés des États-Unis, avec des centaines de ressortissants confrontés au défi de repartir à zéro après des années passées loin du pays. 

La moitié de ces vols arriveront à Port-au-Prince et le reste dans la ville de Cap-Haïtien, à l'extrême nord du pays, a confirmé Jean Négo Bonheur Delva, coordinateur de l'Office national des migrations.

Jusqu'à présent, près de 500 personnes, dont de nombreux enfants, sont arrivées depuis le début des expulsions massives dimanche dernier et à un moment où la crise migratoire s'aggrave, mais pour certains, le pays qu'ils ont quitté n'existe plus.

« J'ai quitté Haïti en 2016 parce que je ne trouvais pas de travail ici. J'ai emprunté de l'argent, j'ai pris l'avion pour le Brésil pour tenter ma chance, mais c'était très difficile là-bas aussi, alors j'ai décidé de demander l'asile aux États-Unis", a déclaré à Prensa Latina Emmanuel, l'un des centaines de rapatriés qui sont arrivés dans la capitale lundi.

Âgé de 23 ans seulement, il attendait que les services de l'immigration terminent ses papiers pour pouvoir rentrer chez lui, à Léogane, une commune située au sud-ouest de Port-au-Prince.

« Maintenant, je reviens presque comme je suis parti. J'ai vendu tout ce que j'avais au Brésil pour venir aux États-Unis, un voyage qui m'a coûté plus de cinq mille dollars, et je dois repartir de zéro. Je ne sais pas ce que je vais faire », a-t-il assuré à cette agence avec inquiétude.

Le gouvernement haïtien a assuré qu'il accueillerait tous ses ressortissants. Lakay se lakay (Home is home), a déclaré le Premier ministre Ariel Henry sur le réseau social Twitter, et a promis d'accompagner les rapatriés.

Pour Jean, cependant, la situation est beaucoup plus difficile aujourd'hui que lorsqu'elle est partie au Chili en 2018, et elle craint pour sa sécurité et l'impossibilité de trouver un travail pour subvenir à ses besoins : « Ici, je n'ai plus rien, ma femme et mon fils sont restés au Chili et je voulais leur donner une meilleure chance", a-t-il déclaré à Prensa Latina.

Les autorités étasuniennes devraient rapatrier plus de six mille Haïtiens dans les prochains jours et ont prévenu que toute personne qui tenterait d'entrer illégalement dans le pays serait renvoyée dans son pays d'origine.

jcc/npg/ane