Agence de Presse de l'Amérique Latine

Le mouvement migratoire à la frontière avec l'UE considéré par le Bélarus comme une catastrophe humanitaire

Minsk, 27 septembre (Prensa Latina) Le président biélorusse Alexandre Loukachenko a qualifié aujourd'hui de catastrophe humanitaire la situation actuelle des immigrants sans papiers à la frontière nationale avec les pays de l'Union européenne (UE).

Après écoute d'un rapport sur les problèmes frontaliers, M. Loukachenko a souligné que les pays du bloc qui bordent la Biélorussie "ont instauré l'état d'urgence et ne permettent à personne d'y être présent.

Lukashenko a souligné l'importance des consultations pour relever ensemble ce défi le plus rapidement possible en tenant compte de l'hiver qui approche et des conditions dans lesquelles se trouvent ces personnes, a rapporté l'agence de presse Belta.

« Il n'est pas juste que les gens souffrent. Eh bien, oui, ils les ont habillés, ils les ont nourris, ils ont apporté du bois de chauffage, ils leur ont donné des tentes. Mais en hiver, ils vont geler. Ils ont fait des milliers de kilomètres depuis le sud".

Le chef d'État a accusé les pays européens  voisins de manipuler les informations sur les événements et a  reproché à Minsk d'organiser la crise migratoire afin de tromper la communauté internationale.

Il a affirmé que « ce sont ces pays qui provoquent la déstabilisation politique et la détérioration économique des États d'où proviennent les immigrants clandestins qu'ils auraient "sommés" de se précipiter vers l'UE.

« Vous êtes la principale cause de la fuite des gens vers l'Ouest pour fuir la guerre", a-t-il condamné.

La Pologne, la Lettonie et la Lituanie ont enregistré une augmentation du nombre de sans-papiers tentant d'entrer au pays depuis le Belarus, après que le président de ce dernier ait dit n'avoir ni l'argent ni la force d’affronter le problème, notamment en raison des sanctions occidentales.

jcc/rgh/mml