Articles

Une organisation de masse à l'heure décisive de Cuba

Par Lissy Rodríguez Guerrero

La Havane, 27 septembre (Prensa Latina) C'était le 28 septembre 1960 dans l'ancien palais présidentiel de Cuba  lorsque plusieurs détonations ont interrompu le discours du leader révolutionnaire Fidel Castro la nuit de la naissance de la plus grande organisation de masse du pays. 

Le site, qui abrite aujourd'hui le Musée de la Révolution, a été le théâtre d'une cérémonie de bienvenue pour le Premier ministre de l'époque, de retour de la 15e session de l'Assemblée générale des Nations unies aux États-Unis.

Environ un million de personnes écoutaient les paroles du leader, et soudain, le bruit assourdissant des explosions a changé la tournure du discours.

« Nous allons établir un système de vigilance révolutionnaire collective", a proposé Fidel Castro à ceux qui se sont mis au garde-à-vous. Sur le champ,  les notes de l'hymne national se sont fait entendre dans ce qui a été le préambule effervescent à la création ce jour-là des Comités de défense de la révolution (CDR).

Le contexte ne pouvait pas être plus complexe : l'agressivité du gouvernement des Etats-Unis à l'égard de la révolution cubaine augmentait avec des attaques constantes contre la nation, allant de la guerre bactériologique et des campagnes de dénigrement aux actes terroristes et à l'agression armée à Playa Girón en 1961, pour ne citer que quelques exemples.

L'historien Ventura Carballido,  consacré à l'étude de l'émergence et du développement du CDR, affirme que « la proposition est apparue comme un événement spontané ; deux jours seulement après les événements du Palais présidentiel, le leader historique a réaffirmé la création de l'organisation CDR dans une intervention sur la station de radio CMQ ».

De façon immédiate,  le mouvement qui a d'abord émergé dans les blocs et les immeubles s'est étendu à toutes les provinces du pays, et l'organisation de ses différentes structures a commencé.

Témoin de ces événements, Reimundo Quesada a décrit à Prensa Latina les années de fondation et "les actions des groupes qui ont cherché à saboter l'économie, à créer des troubles et à mettre en danger l'intégrité physique des dirigeants".

Le professeur d'université a passé en revue les moments cruciaux de l'histoire de l'organisation, parmi lesquels la lutte contre les bandits (1959-1965) dans les zones montagneuses de l'Escambray où les bandes ennemies de la Révolution naissante se sont réfugiées et ont commis toutes sortes de meurtres et d'humiliations contre les paysans.

À l'époque, la surveillance de quartier remplissait le rôle qui lui était assigné par Fidel Castro dans sa constitution, à savoir être une arrière-garde pour la lutte contre les saboteurs et les terroristes, a dit Quesada tout en reconnaissant "les multiples activités sociales pour le développement de la communauté, telles que les dons de sang et les activités productives".

Il a rappelé que les CDR ont été les protagonistes de diverses marches de masse, dont celle pour le retour de l'enfant Elián González, détenu aux États-Unis pendant sept mois sans le consentement de son père et rendu à Cuba après une bataille menée par le peuple dans les rues et sur les places de l'île antillaise.

Pour sa part, la professeure Bárbara Valdés a participé à l'organisation de la campagne qui, en 1961, a fait de la nation caribéenne le premier pays d'Amérique latine à se débarrasser de l'analphabétisme. 

Elle se souvient du travail des CDR avec la Fédération des femmes cubaines pour obtenir le plein accès des femmes aux études et au travail, ainsi que d'avoir été un maillon fondamental de la protection des citoyens et de l'économie lors du passage d'événements climatiques, aux côtés de la Défense civile.

Les CDR ont été présents dans les événements les plus importants de la vie sociale et politique de ce pays", insiste Valdés, avant de citer également les recensements de la population et du logement, le bénévolat, les processus d'institutionnalisation du pays et la création des organes du pouvoir populaire.

Les deux personnes interrogées ont souligné le soutien apporté au ministère de la Santé publique dans les différentes campagnes de santé et de vaccination du pays, y compris la plus récente, qui a permis à plus de huit millions de Cubains de recevoir au moins la première dose de l'immunogène anti-Covid produit à Cuba.

Ils ont également souligné le travail actuellement réalisé par les CDR dans les quartiers et les communautés vulnérables, en collaboration avec les ministères et les organisations d'étudiants  dans le but de répondre aux problèmes des citoyens et réaliser une transformation qui englobe les écoles, les établissements de santé, les routes, les infrastructures d'eau et les logements.

Aujourd'hui plus que jamais, le travail des CDR est d'actualité, avec des méthodes renouvelées en fonction des nouvelles formes d'agression utilisées par les États-Unis contre l'île, comme la guerre non conventionnelle.

jcc/mem/lrg