Agenzia di stampa latinoamericana Prensa Latina - Cuba

Le tabagisme passif de troisième main

La Havane (PL) Étant à l'origine de plusieurs maladies, le tabagisme ne touche pas que les fumeurs actifs et passifs. La fumée de troisième main, qui se retrouve alors sur vos vêtements, dans vos cheveux, sur votre peau, est aussi nocive pour ceux qui vous entourent.


Selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) le tabagisme tue presque six millions de personnes toutes les années dont presque cinq millions sont des consommateurs actifs et plus de 6.000 sont des non-fumeurs exposés au tabagisme.

Chez les adultes, le tabagisme provoque des troubles cardiovasculaires et respiratoires, en particulier des maladies coronaires et cancer du poumon. Chez les nourrissons il peut causer la mort subite. Et dans le cas des femmes enceinte le tabagisme provoque le faible poids à la naissance.

Or, outre toucher les fumeurs passifs, il y a aussi ces victimes de la fumée de troisième main. Cette fumée «tertiaire» prend en compte le dépôt des constituants de la fumée de tabac sur les poussières et les surfaces de l'environnement, lesquelles pourraient être secondairement remise en suspension et inhalées, absorbées ou mise au contact de la peau. Certains constituants déposés pourraient subir des transformations chimiques sous l’action de la chaleur, du rayonne-ment solaire, de la composition du substrat, etc.

La fumée de troisième main a une certaine durée de vie dans l’air et sa disparition dépend de sa finesse granulométrique, de la densité de ses particules, qui influencent sa sédimentation, de sa composition chimique, qui influence son adsorption sur les surfaces qui l’entourent et de la vitesse de renouvellement de l’air ambiant (aération).

Une étude récente indique que ce tabagisme résiduel peut interagir avec d'autres éléments polluants tels que l'acide nitreux. Cet interaction est susceptible de donner lieu à de nouveaux composants comme la diméthylnitrosamine, la pyridine et l'aldéhyde butyrique qui se lient à l'ADN pour créer une substance cancérigène.

Il n'est pas encore connu combien de temps ce composants persistent sur les surfaces des objets. Cependant, les chercheurs de cette étude ont constaté que, même dans les maisons où il n'habitent pas de fumeurs depuis 20 ans, il y a toujours des traces de poussières sur les murs.

Les auteurs de la recherche alertent sur les effets de ces particules chez le enfants. La nicotine peut entraîner la perte de poids et toucher le développement cellulaire.
La nicotine provoque des troubles dans le système immunitaire corrélés avec l’inflammation et les réactions  allergiques, soulignent les auteurs dans l'article paru sur  Scientific Reports.

Par Ana Laura Arbesu
Chef de la rédaction Science et Technologie
rm/lp/alb