Articles

Un parti d’opposition ratifie sa participation aux élections au Venezuela

Caracas, 6 août (Prensa Latina) La direction du parti Acción Democrática (Action Démocratique) a confirmé hier sa participation aux élections législatives de décembre prochain au Venezuela, en condamnant les appels à l’abstention d’un secteur de l’opposition.

Le secrétaire général de l’organisation politique, Bernabé Gutiérrez, a condamné la position d’Henry Ramos Allup d’appuyer une déclaration de divers groupes de droite contre la participation aux élections pour le renouvellement de l’Assemblée Nationale.

À cet égard, Gutiérrez a affirmé que la position abstentionniste et la 'diabolisation du vote' comme instrument de changement constituent une action illégale, en assurant que les promoteurs de cette position ne sont pas représentatifs des bases du militantisme.

La Chambre constitutionnelle de la Tribunal suprême de justice (TSJ) a décrété à la mi-juin la suspension de l’ancienne direction nationale d’Action Démocratique et a nommé un bureau directeur ad hoc pour poursuivre le processus de restructuration de l’organe partisan. Cette décision a fait suite à une demande de propres représentants et militants de ce parti qui estimaient que leur direction prenait des décisions unilatérales.

Présidée par Bernabé Gutiérrez, la nouvelle direction pourra utiliser la carte électorale, le logo, les symboles, les emblèmes, les couleurs et tout autre concept propre au parti.

Récemment, Gutiérrez a proposé un référendum au sein d´Action Démocratique pour décider s’ils participeraient aux prochaines élections, après que l’organe judiciaire suprême ait désigné la nouvelle directive du Conseil National Electoral (CNE) face à la suspension constitutionnelle du parlement unicaméral.

Cette proposition de révision depuis l’intérieur du parti fait suite aux déclarations du dirigeant Ramos Allup sur le refus de participer à un processus électoral sous la nouvelle direction du CNE.

Le renouvellement de l’organe électoral a fait partie des accords partiels issus de la table de dialogue nationale mise en place en septembre 2019 entre le gouvernement et plusieurs partis d’opposition, et a ouvert la voie à la tenue des élections législatives prévues pour la fin 2020.

peo/mgt/Wup