Agenzia di stampa latinoamericana Prensa Latina - Cuba

Une plus grande rigueur à Cuba face aux violations de mesures sanitaires

La Havane, 19 février (Prensa Latina) Les autorités sanitaires cubaines durcissent aujourd’hui l’application de sanctions à l’encontre de ceux qui ne se conforment pas aux mesures mises en place pour empêcher la propagation du SARS-Cov-2 dans le pays.

Le ministre de la Santé Publique José Angel Portal a rapporté la veille que dans la journée de mercredi 670 amendes ont été infligées à des personnes ayant violé les dispositions prévues, à la fois des personnes physiques et comme des responsables d’entités étatiques.

Cuba vit un moment de tension dans la lutte contre la pandémie en raison de l’augmentation des infections par le virus, qui a enregistré hier 923 nouveaux cas confirmés.

Face à ce scénario, l’appel à la citoyenneté est de respecter les mesures d’hygiène et épidémiologiques, telles que l’utilisation de masques, la distanciation physique, la restriction des mouvements et l’utilisation de solutions désinfectantes pour les mains et les surfaces sur les lieux de travail et de prestation de services.

Dans le même temps, le contrôle du suivi de ces dernières est renforcé car, selon les autorités, les indisciplines sont le principal facteur à l’origine de la situation actuelle.

Lors de la réunion du groupe de travail temporaire sur la Covid-19, le responsable de la santé a également mis en garde contre le fait qu’il est indispensable de s’adresser rapidement aux services de soins en cas de symptômes.

À cet égard, Portal a signalé que le délai entre le début des manifestations et l’admission à l’hôpital, en particulier pour les personnes les plus vulnérables, a été l’une des causes profondes de l’augmentation du nombre de cas graves.

La nation caribéenne comptait ce jeudi cinq mille 98 patients positifs dans les centres de soins, dont 647 correspondent à des âges pédiatriques (jusqu’à 18 ans).

D’une manière générale, les chiffres restent élevés, en particulier en ce qui concerne l’augmentation du nombre de cas dans les services de soins intensifs, où il y a actuellement 22 patients dans un état critique et 40 dans un état grave.

peo/oda/kmg