Agence de Presse de l'Amérique Latine

Des millions de Chiliens choisissent de retirer une partie de leurs fonds de pension

Santiago du Chili, 5 mai (Prensa Latina) Plus de 3,2 millions de personnes ont demandé au Chili de retirer 10% de leurs fonds de pension pour faire face avec leurs ressources à la crise sanitaire, économique et sociale, a-t-il été rapporté hier. 

La veille, des demandes ont commencé à être présentées aux compagnies d’assurance des fonds de pension, devant les sièges desquels se sont formées de longues files d’attente, bien que les autorités aient appelé avec insistance la population à effectuer cette démarche sur Internet, pour éviter les agglomérations et la propagation de la Covid-19.

D’après la Surintendance des pensions, trois millions 243 mille 657 demandes ont été enregistrées au cours de cette seule première journée, émanant de ceux qui cherchent à accéder à ce troisième retrait de leur épargne de leurs comptes de capitalisation individuelle obligatoire dans ce pays.

L’entité a indiqué que ce montant représentait 31 % du nombre total d’affiliés à ce système qui disposaient encore de fonds.

Une note de la Surintendance a signalé qu’environ 10 millions de personnes pourraient avoir accès à cette option, ce qui pourrait mobiliser jusqu’à 19 milliards de dollars qui seraient mis en circulation.

À ces sollicitudes s’ajoutent celles, également nombreuses, portant sur les premier et deuxième possibles retraits de fonds approuvés en août et décembre 2020, et qui ont connu une augmentation significative au cours de la semaine dernière, a indiqué l’entité.

Comme prévu, les entreprises ont un délai maximum de 15 jours ouvrables pour payer les sommes demandées, mais les premières devraient commencer à être accessibles pour la fin de cette semaine.

La Réforme Constitutionnelle qui permet ce troisième retrait a finalement été signée la semaine dernière par le président Sebastián Piñera, après de violents affrontements entre le Pouvoir Législatif et le Gouvernement, qui rejetait cette initiative présentée par l’opposition.

Pour tenter d’imposer sa position, l’exécutif a même adressé une requête au Tribunal constitutionnelle (TC), mais celui-ci l’a déclaré irrégulière, ce qui a constitué une lourde défaite pour La Moneda (siège de l’exécutif).

Les propres promoteurs de cette mesure ne la jugent pas bonne, car elle réduit les retraites déjà très faibles de millions de personnes, mais considèrent qu’elle est la seule option pour résoudre immédiatement les problèmes de millions de Chiliens, en raison de l’insuffisance et de la lenteur des aides gouvernementales.

Des enquêtes récentes indiquent que plus de 80 % des personnes interrogées réaliseront le troisième retrait de leurs économies de retraite même si elles se retrouvent avec leurs comptes vides, et un tiers d’entre elles ont assuré qu’elles utiliseraient cet argent pour payer des dettes. 

peo/mgt/rc