Agence de Presse de l'Amérique Latine

Critiques à l’encontre d’un ancien président argentin pour avoir été vacciné aux États-Unis

Buenos Aires, 11 mai (Prensa Latina) Plusieurs voix politiques d’Argentine ont critiqué aujourd’hui l’ancien président Mauricio Macri pour s’être vacciné contre la Covid-19 lors d’un récent voyage aux États-Unis, après avoir assuré qu’il ne le ferait pas avant les travailleurs essentiels. 

La veille, Macri a signalé qu’au cours de son récent séjour aux États-Unis il s’était immunisé, contrairement à ce qu’il avait exprimé en février en indiquant qu’il ne le ferait pas tant que les « argentins à risque et les travailleurs essentiels ne le seraient pas ».

Le vice-ministre de la Santé de Buenos Aires, Nicolas Kreplak, a critiqué l’ancien mandataire en déclarant qu’il ne pouvait pas exhiber de privilèges d’une manière aussi flagrante.

'Un dirigeant politique qui est censé représenter le peuple, ne peut pas être si éloigné de la réalité du peuple', a déclaré le fonctionnaire à Radio 10, après avoir ajouté que l’ancien mandataire 'a beaucoup de privilèges et n’a aucun culot de les montrer'.

Pour sa part, la députée nationale Cecilia Moreau l’a qualifié d’individualiste et a assuré qu’elle n’était pas surprise qu’il ait manqué à sa promesse.

Le sénateur national Julio Cobos a quant à lui estimé que Macri n’aurait pas dû se faire vacciner aux États-Unis alors qu’il y a trois mois, il avait publié sur les réseaux sociaux qu’il ne le serait pas tant que le dernier des Argentins à risque ne l’aurait pas été.

'Quand on est en politique et qu’on dit une chose, il faut la soutenir', a souligné l’ancien vice-président et législateur.

peo/ga/mai