Agence de Presse de l'Amérique Latine

Le Venezuela exige la restitution d’avoirs auprès d’un mécanisme des Nations Unies

Caracas, 8 juin (Prensa Latina) Le contrôleur général du Venezuela, Elvis Amoroso, a exigé hier la restitution des avoirs de la nation devant le Mécanisme d’examen de l’application de la Convention de l’ONU contre la corruption. 

Au cours de sa participation à une réunion virtuelle de cette entité, le haut fonctionnaire a expliqué comment le secteur radical et corrompu de l’opposition a volé les actifs à l’étranger d’entreprises telles que CITGO, filiale aux États-Unis de la compagnie d’État Petróleos de Venezuela S.A (Pdvsa), ou encore les réserves d’or qui se trouvent à la Banque d’Angleterre.

Par le biais d’une allocution télévisée, Amoroso a souligné l’importance de sa participation à cette rencontre, qui a commencé ce lundi et culmine jeudi avec la présence d’autres pays, dont l’Irlande et Cuba, les évaluateurs principaux.

'Nous sommes en plein exercice de l’examen du compte du Venezuela par l’Organisation des Nations Unies, nous sommes présents avec toutes ses institutions pour lutter contre la corruption', a-t-il souligné.

Il a rappelé que dans cette nation sud-américaine, il existe une réglementation juridique contre ces crimes, appliquée dans tous les secteurs.

Le Mécanisme d’examen est un processus intergouvernemental dont l’objectif général est d’aider les États parties à appliquer la Convention des Nations Unies contre la corruption.

Sous sa mise en œuvre, un État est examiné par un autre de la même région et un second de n’importe où dans le monde, choisis par tirage au sort.

Son application a permis un débat d’idées à l’échelle mondiale, offrant des possibilités d’échange de connaissances aux États parties.

L’objectif est d’aider les pays à lutter contre ces infractions et à appliquer les dispositions de la Convention.

Le rapport final comprend généralement des conclusions, des recommandations et des bonnes pratiques identifiées par les experts examinateurs, qui sont discutées et convenues avec l’État partie examiné.

peo/oda/ycv