Agenzia di stampa latinoamericana Prensa Latina - Cuba

Les États-Unis attaquent l’OPS pour la collaboration médicale de Cuba au Brésil

Washington, 10 juin (Prensa Latina) Le secrétaire d’État nord-américain, Mike Pompeo, a aujourd’hui attaqué l’Organisation Panaméricaine de la Santé (OPS) pour son rôle d’intermédiaire dans la collaboration médicale cubaine au Brésil.

Lors d’une conférence de presse donnée ce mercredi, le chef de la diplomatie étasunienne a demandé à l’organisme d’expliquer le rôle qu’il a joué dans l’envoi de professionnels de la santé du pays caribéen vers le géant sud-américain pour participer au programme Más Médicos (Plus de Médecins).

La présence cubaine au sein de cette initiative a débuté en août 2013, précisément par le biais de l’OPS, et durant cinq ans de travail, près de 20 mille collaborateurs cubains ont reçu 113 millions 359 mille patients dans plus de 3.600 municipalités, selon les données du Ministère de la Santé publique de l’île.

Cet organisme cubain a annoncé fin 2018 que Cuba ne continuerait pas à participer au programme, en raison des déclarations tenues par le nouveau président brésilien élu à l’époque, Jair Bolsonaro, qui avait déclaré qu’il modifierait les termes et conditions de la convention, ne respectant donc plus pas l´accord passé avec l’OPS et Cuba.

De son côté, l’administration de Donald Trump intensifia ses attaques contre la collaboration médicale cubaine, au point d’appeler d’autres nations à ne pas accepter cette aide, y compris en pleine pandémie de Covid-19.

Lorsque, sous de nombreuses latitudes, il y a des marques de reconnaissance et que le rôle de l’île dans la lutte contre la crise sanitaire est reconnu, notamment par l’envoi de brigades dans plus d’une vingtaine de pays, le gouvernement étasunien maintient ses accusations de prétendus « esclavage moderne et traite d´êtres humains » dans les missions médicales cubaines.

Dans son intervention d’aujourd’hui, Pompeo a accusé l’OPS, bureau régional de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), de faciliter ce qu’il appelle le « travail forcé de médecins cubains » au Brésil, et d’approuver un accord « potentiellement illégal ».

Pompeo a ajouté que l’OPS doit entreprendre des réformes pour éviter que de telles actions ne se reproduisent, et il a signalé que, comme cela a été fait avec l’OMS, 'l’administration Trump exigera la responsabilité de toutes les organisations internationales de santé qui dépendent des ressources des contribuables étasuniens'.

'Notre argent doit soutenir des choses qui créent de la valeur et soutiennent nos valeurs', a déclaré le secrétaire d’État d’une administration marquée par sa confrontation avec les organismes internationaux.

Les commentaires de Pompeo de ce mercredi ont lieu après que Trump ait continuellement remis en question le travail de l’OMS au milieu de la pandémie de Covid-19, ce que de nombreuses sources considèrent comme une tentative de détourner l’attention de la mauvaise réponse de son gouvernement face à l’urgence sanitaire.

peo/rgh/mer