Agenzia di stampa latinoamericana Prensa Latina - Cuba

Cuba dénonce à l’ONU des violations continues d’Israël en Palestine

Nations Unies, 23 juillet (Prensa Latina) Au milieu des conditions difficiles provoquées par la pandémie de Covid-19, Israël persiste aujourd’hui dans ses violations continues du droit international en tentant d’annexer le territoire palestinien, a dénoncé Cuba à l’ONU.

Dans un discours adressé au Conseil de Sécurité, la mission cubaine auprès de l’Organisation des Nations Unies a rejeté l’occupation du territoire palestinien par Israël, sa politique d’annexion et la multiplication des pratiques et mesures illégales et colonisatrices.

Il s’agit notamment de la construction et de l’expansion de colonies de peuplement dans le territoire palestinien occupé, de démolitions punitives, de saisies de ressources, du déplacement forcé de centaines de civils et du blocus de la bande de Gaza, ajoute le document.

Cela se produit en outre au milieu de la pandémie de Covid-19, qui aggrave la situation d’urgence du système de santé publique et la situation socioéconomique et humanitaire déprimée de la Palestine, en particulier à Jérusalem-Est et dans la bande de Gaza, souligne-t-il.

Dans le document dont le Conseil de Sécurité est en possession, Cuba a réaffirmé sa préoccupation devant le fait qu’aucune mesure n’avait été prise pour mettre fin à l’agression militaire et à l’occupation israéliennes du territoire palestinien, conformément à la résolution 2334 du propre Conseil de Sécurité.

Alors que Tel-Aviv renforce impunément sa politique d’expansion des colonies illégales dans les territoires occupés et menace d’annexer les territoires palestiniens de la vallée du Jourdain et d’autres parties de la Cisjordanie et de Jérusalem-Est, le Conseil de Sécurité reste silencieux, a souligné Cuba.

Le texte fait référence aux actions agressives, unilatérales et injustifiées des États-Unis au Moyen-Orient, qui portent gravement atteinte aux intérêts légitimes des nations arabes et islamiques et entraînent une dangereuse escalade dans la région.

Celles-ci vont du retrait du soutien financier à l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens au dénommé 'Accord du siècle', élaboré par Washington et qui ne prévoit pas la solution à deux États, précise la mission cubaine.

Ce plan, rejeté par la communauté internationale et l’ONU, comprend l’action unilatérale des États-Unis de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël et d’y établir sa représentation diplomatique.

« Cuba a appuyé sans réserve une solution globale, juste et durable au conflit israélo-palestinien, qui permette au peuple palestinien d’exercer son droit à l’autodétermination et de disposer d’un État indépendant et souverain dans les frontières d’avant 1967, avec Jérusalem-Est comme capitale, et qui garantisse le droit au retour des réfugiés », a insisté la représentation insulaire à l’ONU.

peo/tgj/ifb