Agence de Presse de l'Amérique Latine

Des talents féminins de la littérature mondiale cachés sous des pseudonymes

Washington (Prensa Latina) Limitées à signer leur nom ou à prendre un pseudonyme masculin, les femmes ont sacrifié leur identité au fil des ans pour enfoncer les portes du monde de l'édition et font aujourd'hui partie d'un groupe restreint d'écrivains de tous les temps. 

Sur les étagères des classiques de la littérature universelle figurent George Eliot, Currer, Ellis et Acton Bell, Gauthier, Fernán Caballero, Víctor Catalá, George Sand, Rafael Luna, A. M. Barnard, Harper Lee, J.T. Leroy, Vernon Lee, Raoul de Navery, James Tiptree Jr, Isak Dinesen, Magnus Flyte, entre autres noms qui ont servi d'alias à des femmes transgressives.

Bien que son "nom de plume" implique une paternité féminine : Jane Austen a ouvert les portes du libéralisme et du débat entre ceux qui dictent les règles et ce qui est vraiment correct, à travers ses romans « Sense and Sensibility, « Emma » et « Pride and Prejudice », numéro cinq de la centaine de textes choisis parmi les meilleurs de la littérature internationale.

De même,  les sœurs britanniques Brontë, Charlotte, Anne et Emily sont particulièrement remarquables. Elles  ont légué des textes louables considérés comme des classiques de la littérature romantique, à savoir « Jane Eyre », « Agnes Grey » et « Wuthering Heights » (22e du classement) respectivement.

L'univers de l'édition comprend également Mary Shelley, auteur incontesté du classique « Frankenstein », attribué à son mari Percy Shelley car la société doutait que l'origine de ce récit terrifiant réside dans le talent et l'imagination d'une femme.

L'apparition de lois revendiquant les droits des femmes a permis une meilleure insertion des femmes sur la scène littéraire, mais le XXe siècle a également enregistré des exemples pertinents, comme Nelle Harper Lee, qui a profité de la tonalité virile de son nom de famille pour signer «  To Kill a Mockingbird », lauréat du prix Pulitzer et pièce maîtresse de la littérature américaine.

J.K. Rowling se cache derrière un pseudonyme pour publier son premier roman « Harry Potter et l'école des sorciers », dont la saga à succès figure dans son intégralité dans le registre sélect d'une douzaine de magazines et de médias spécialisés.

Condamnées au silence dans une société qui privilégiait les droits des hommes et limitait les possibilités d'épanouissement des femmes, la plume d'autres auteures a marqué la scène culturelle. C'est le cas de Sidonie Gabrielle Colette et de son premier roman « Claudine », écrit sous le nom de famille de son mari.

Parmi les autres auteurs notables, citons Mary Anne Evans, qui a écrit une trentaine de textes en se faisant passer pour George Eliot, Cecilia Böhl de Faber, stigmatisée pour son manque d'aptitude, Caterina Albert, cible du sexisme, Amantine Aurore Dupin, véritable identité de George Sand, et Matilde Cherner.

Si, aujourd'hui, le nom de Louisa May Alcott (Les petites femmes) n'est pas étranger aux industries créatives, au cours de sa carrière, elle s'est également cachée derrière un pseudonyme : A. M. Barnard, sous lequel elle a écrit des histoires classées comme des contes mélodramatiques.

De même se distingue  l'écrivain Laura Albert, dont les romans autobiographiques sur la drogue et la prostitution lui ont ouvert les portes de la célébrité. Pour sa part, Bradley Sheldon a transgressé les schémas et son pseudo est devenu le prix littéraire James Tiptree, Jr.  Comme récompense à la meilleure œuvre littéraire de science-fiction ou de fantaisie.

Sous le nom d'Isak Dinesen, Karen Blixen a été nominée à deux reprises pour le prix Nobel de littérature, tandis que le duo Christina Lynch et Meg Howrey a opté pour un pseudonyme afin de positionner son livre « The City of Dark Magic » sur le marché de l'édition.

Ces dernières décennies, les statistiques montrent une plus grande présence des femmes dans les catalogues et les événements littéraires, ainsi que leur montée sur le podium du prix Nobel de littérature, où 16 écrivaines ont rompu avec la tendance masculine établie depuis 120 ans, les prix étant décernés à 102 hommes.

Néanmoins, sexisme, machisme et misogynie sont devenus des mots d'ordre lorsqu'il s'agit de décrire la participation des femmes à la littérature. Ils sont sortis de l'anonymat, ont transgressé les schémas et ont laissé les incrédules, incapables ou craintifs de reconnaître le talent caché dans la plume d'une femme de terrain.

jcc/acl/lbl