Articles

Les États-Unis persistent à qualifier le Venezuela de menace

Washington, 2 mers (Prensa Latina) Le président Donald Trump a aujourd´hui prolongé d´un an le décret qui déclare le Venezuela comme une « menace inhabituelle et extraordinaire pour la sécurité nationale et la politique extérieure des États-Unis ».


La détermination du mandataire, publiée par la Maison Blanche, assure la continuité de l´urgence nationale établie par un ordre exécutif de son prédécesseur, Barack Obama, le 8 mars 2015.

Trump a rappelé les justifications mises en avant par Obama lorsqu´il a, à l´époque, fait ce choix, puis sa  propre décision, au mois d´août dernier, de prendre des mesures additionnelles à la posture de son prédécesseur. Ces dernières ont été, et le sont toujours, rejetées par le Gouvernement vénézuélien.

Selon le chef-d´État, « les circonstances décrites dans ces deux ordres exécutifs (13692 et 13808) ne se sont pas améliorées et continuent de représenter une menace inhabituelle et extraordinaire à la sécurité nationale et à la politique extérieure des États-Unis ».

Depuis l´arrivée de Trump au pouvoir le 20 janvier 2017, l´administration étasunienne a imposé plusieurs sanctions économiques contre le pays sud-américain, et parmi les dirigeants et fonctionnaires sanctionnés figure le président Nicolas Maduro.

Il a également fait pression pour que soit rétablie au Venezuela ce que Washington considère comme démocratie, et ce en ignorant en ne respectant aucunement le Gouvernement légitimement élu de Maduro, lequel a en de nombreuses reprises appelé au dialogue bilatéral de haut niveau sur la base du respect à la diversité.

peo/pgh/dsa