Agence de Presse de l'Amérique Latine

Haïti condamne les déclarations de l’ancien président nord-américain Donald Trump

Port-au-Prince, 9 octobre (Prensa Latina) Haïti a condamné aujourd’hui les récentes déclarations 'racistes et sans fondement' de l’ancien président nord-américain Donald Trump, qui, sans preuve, a assuré que les haïtiens migrants étaient porteurs du VIH-Sida. 

'Ces propos ignobles ne visent qu’à semer la haine et la discorde contre les immigrés', a déclaré l’ambassadeur de la nation caribéenne à Washington, Bocchit Edmond, dans une déclaration faite au nom de son gouvernement.

Le communiqué encourage les personnes civilisées, les médias et les organisations de défense des droits de l’Homme à ne pas rester indifférents face au traitement dégradant du peuple haïtien par Trump et a rappelé qu’Haïti est le deuxième pays indépendant de l’hémisphère occidental et un allié des Etats-Unis.

"Aujourd’hui, de nombreux citoyens haïtiens et leurs descendants, qui, comme la famille Trump, ont émigré aux États-Unis d’Amérique, contribuent à la prospérité et à la défense du peuple nord-américain. Ces liens historiques et humains ne peuvent être souillés de commentaires aussi condamnables", a déclaré le diplomate.

Dans des déclarations à la chaîne Fox News, l’ancien mandataire a assuré qu’Haïti a un gros problème avec le sida. 'Beaucoup de ces personnes ont probablement le sida, ils viennent dans notre pays et nous ne faisons rien', a souligné Trump, qui en 2018 a qualifié la nation caribéenne, et d’autres, de 'pays de merde'.

Selon les données de la Banque mondiale, la prévalence de la maladie en Haïti ne dépasse pas deux pour cent, alors que le Ministère de la Santé haïtien a indiqué que quelque 160 000 personnes sont actuellement touchées et l’objectif est de couper la transmission d’ici 2030.

Les déclarations de Trump ont lieu en marge de la crise migratoire qui a conduit des milliers de migrants, notamment haïtiens, à la frontière sud des États-Unis pour tenter de demander l’asile dans ce pays.

Washington a récemment expulsé plus de 7 500 haïtiens, malgré les critiques des organismes internationaux tels que les Nations unies.

peo/npg/Ane